A propos Elisa

graphiste / chargée de communication

Paris c’est chic

‘Une boutique pleine d’esprit’

Un charmant dépôt-vente contemporain et rétro, au coeur de l’animée rue Daguerre. Parfait pour dégoter des tas de vêtements vintage en super état. On y trouve de grandes marques bien sûr, mais aussi des pièces plus simples à prix cassés, chinées par Armelle, la maîtresse des lieux. Chez Madame De, nom choisi en référence au roman de Louise de Vilmorin (qui raconte l’histoire d’une paire de boucles d’oreilles passant de mains en mains), on peut aussi s’offrir une sélection éclectique et pointue d’objets déco, de vaisselle et autres services à café d’antan. Une boutique pleine d’esprit.

Time Out Paris

‘Une charmante boutique où tout est trié sur le volet.’
Article du mardi 12 fevrier 2013 – Auteur : EP

C’est l’histoire d’une paire de boucles d’oreille en diamant qui passe de mains en mains, récoltant à chaque changement de propriétaire de nouveaux secrets… Nous sommes en 1951 et ‘Madame de’ consacre la plume de Louise de Vilmorin. Un film de Max Ophüls plus tard, et Armelle Frantz s’empare à son tour de l’histoire de la comtesse Louise de pour créer son dépôt-vente.

Une charmante boutique où tout est trié sur le volet. « Je mets un point d’honneur à ne sélectionner que des pièces en état neuf » assure Armelle. Et pas de doute là-dessus, les sacs sont brillants et les pulls intacts. Les distraits pourraient même croire que Madame de est une boutique ordinaire… Sauf qu’ici les prix se veulent bien plus intéressants que pendant les soldes : sac Vanessa Bruno couleur taupe à 187 euros, jean APC à 66, robe écossaise Zara à 40…  et pour ceux que la déco rétro aguiche, sachez que la maîtresse des lieux cache aux quatre coins de son antre de véritables trésors (carafe art déco et ses gobelets fumés à 88 euros, machine à coudre vintage et projecteur Kodak sénior n°1).

Dépôts sur rendez-vous.

• Le petit plus : une playlist musicale bientôt en ligne sur leur site.

The Vintedge

The Vintedge est venu incognito à Madame de !

Voici ce qu’ils pensent de la boutique :

Madame de est un joli dépôt-vente contemporain et rétro situé dans le sud de Paris, au cœur de l’animée rue Daguerre. Le nom de la boutique est une référence au livre de Louise de Vilmorin datant de 1951, et dont Max Ophüls tirera un film deux ans plus tard. Cette histoire d’une paire de boucle d’oreilles qui passe de mains en mains, se chargeant d’histoire à chaque transmission résume bien la manière dont on envisage les objets chez Madame de.

Ici, les pièces sont soigneusement sélectionnées, bichonnées et mises en valeur, avant d’être adoptée et de poursuivre leur histoire ailleurs. Pas de chichis dans cette boutique, mais une décoration design, cosy, et pleine d’inventivité. On y trouve des robes, chaussures et accessoires contemporain et vintage, à des prix cassés, et toujours dans un état impeccable. On y trouve également de nombreux objets vintage tels que vases, services à cafés, vaisselle…

Spécialiste des années 40 à 70, la gérante est particulièrement sympathique, et ses conseils sont fort appréciables.

Voir l’article en ligne (thevintedge.com)

The Vintedge est le premier et le seul site à recenser l’intégralité des friperies, boutiques vintage et bric-à-brac de Paris et de sa proche banlieue. The Vintedge n’est pas seulement un annuaire des friperies : c’est un véritable guide complet truffé d’infos essentielles pimentées de nos avis objectifs !


Le Bonbon

Madame de est dans Le Bonbon rive gauche !

Madame de nous conte l’histoire d’une paire de boucles d’oreilles qui va voguer du mari à l’amant pour revenir dans les mains du premier. C’est ainsi que vivent les objets, ils voyagent, sont aimés, délaissés mais ont toujours quelque chose à raconter. C’est dans le respect de leur passé et surtout pour leur donner un futur qu’est né le dépôt-vente d’Armelle.

Au cœur de la rue Daguerre, entourée d’artistes et de bouquinistes, la boutique est un petit havre de paix pour les amoureuses d’art et de mode. Il ne s’agit pas ici de fouiner dans des tas de vêtements malodorants, mais plutôt d’admirer le choix judicieux de quelques pièces Isabelle Marant, Sandro, Comptoir des Cotonniers et même Zara à des prix cassés. Tout ici est de qualité et soigneusement exposé par la main experte d’Armelle. « Je trouve le terme friperie assez péjoratif, il est plutôt question d’objets qui ont été aimés et qui vont être adoptés » confie la chaleureuse maîtresse des lieux.

Maman de trois filles, Armelle est baignée dans l’univers de la mode, les tendances elle connait, tout comme les difficultés de porte monnaie. « Je suis une idéaliste, une sorte de militante… Au prix d’une seule pièce, mes clientes peuvent s’offrir une tenue complète et les accessoires qui vont avec ». D’abord formée chez Chercheminippes et forte de sa dizaine d’années dans le métier, Armelle s’impose en véritable experte. Elle affectionne les années 40 à 70, trouve de la beauté dans ce qui est désuet, sans être une fétichiste du passé. « Je fais des choix particuliers. Je n’accepte pas tout ce que l’on me propose, mais je garde toujours un profond respect pour les clientes et leurs affaires. »

Armelle est une ancienne élève de Penninghen et une artiste formée par la méthode Arno Stern. Ses vitrines sont des tableaux qu’elle compose chaque semaine avec passion. Elle y apporte autant d’intérêt que ses peintures et gravures. C’est une invitation dans un boudoir coloré, inondé par des notes de jazz et les voix suaves d’Emily Jane White ou encore Alela Diane. « Ma boutique est un monde dans lequel j’aime vivre. L’ouvrir a été mon petit luxe, mon paquet de cigarettes, pouvoir faire ce que j’aime » conclue Armelle l’œil pétillant.

Aude Yvanes

le bonbon
Article en ligne (décembre 2012, page 13)

 

Paris by me

Le sympathique petit guide parisien Paris by me fut le premier à publier sur Madame de.

« Bien plus qu’une seconde main, une seconde vie »
Mère de trois filles qui aiment la mode, Armelle connaît bien la frénésie d’achat qui guette, toujours en fin de mois, quand les finances étudiantes sont au plus bas. C’est pour permettre à toutes les jeunes filles de la terre de se faire plaisir qu’elle a ouvert son propre dépôt-vente, rose, lumineux et accueillant, où vous trouverez aussi bien des petites robes Sandro que des T-shirts Zara à prix bradés. À l’image du livre et du film éponymes, dont l’intrigue est construite autour d’une paire de boucles d’oreilles changeant maintes fois de propriétaires, Madame de donne aux vêtements bien plus qu’une seconde main, une seconde vie.

En savoir plus sur Paris by me


paris by me